Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Carême 2022 – Mardi de la 4e semaine de Carême – 29 mars 2022

Réflexions quotidiennes du Carême 2022:

Mardi de la 4e semaine de Carême (2022-03-29)

Sachez que la conscience de soi pure et immuable dans le cœur est la connaissance qui, par la destruction de l'ego, confère la libération.

Ramana distille en quelques mots la sagesse éternelle des millénaires. C'est à prendre ou à laisser. Nous pouvons ne pas l'écouter et ne pas lui faire confiance en raison de son irréductible simplicité. Cela ne dit pas tout sur la conscience et la destinée humaines. Qu'est-ce qui le peut ? Mais cela exprime une vérité qui ouvre l'esprit illuminé à lui-même si nous lui faisons confiance. Le mot évangélique pistis, que nous traduisons par "foi", signifie également "confiance".

La confiance est le premier pas vers une pratique sérieuse qui peut nous prendre un jour - ou toute une vie - pour l’accomplir. Peu importe la durée. Ce qui compte, c'est que nous fassions ce premier pas - chaque jour - jusqu'à ce que nous sachions que nous y sommes déjà.

Avec la légion de crises tourbillonnantes qui nous assaillent ces jours-ci, ce genre d'expression de la vérité peut sembler ambitieux, idéaliste, et pas seulement actuellement. Naturellement, notre première préoccupation ne devrait pas être d'écrire des lectures quotidiennes et de réfléchir à ces choses, mais de faire ce que nous pouvons pour réduire la souffrance générée par ces crises. Mais ce n'est pas ce qu'attend Ramana, que nous nous contentions d’y réfléchir. Si nous écoutons attentivement, fidèlement et avec confiance, alors nous verrons le soi illuminé. Et nous devenons ce que nous voyons.

Saint Pierre le savait :

Ainsi se confirme pour nous la parole prophétique; vous faites bien de fixer votre attention sur elle, comme sur une lampe brillant dans un lieu obscur jusqu’à ce que paraisse le jour et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs. (2 P 1, 19)

Y penser, le comparer, l'analyser, le garder en mémoire, c'est agir comme le toxicomane qui sait qu'il doit arrêter ou mourir, mais qui repousse encore le moment de la vérité et de la vraie conversion.

Si chaque jour, une seule personne sur la planète pouvait écouter au point de permettre au "mystère du Christ en nous" de s'illuminer, la cause de la souffrance du monde serait réduite. Cela brille de soi-même parce que cela ne dépend pas de la pensée ou de la preuve. Cela est simplement là et rien ne peut le contredire ou le perturber.

Laurence Freeman OSB

Partager