Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Qu’est-ce qui rend notre méditation chrétienne ?

NOTRE MÉDITATION EST CHRÉTIENNE

Depuis une bonne dizaine d’années, la méditation, qu’elle soit religieuse ou laïque, suscite à nouveau de l’intérêt grandissant chez nos contemporains. Dans les années ’70 et ’80, nous avons connu l’attrait pour la méditation transcendantale, à couleur hindouiste. De nos jours, une forme de méditation sans référence religieuse est largement répandue et touche divers secteurs de la société. Il s’agit de la méditation de pleine conscience, appelée encore de pleine attention. Elle invite à la simple présence à soi, à la présence au moment présent, liberté de tout jugement envers les pensées ou les émotions qui se manifestent, une attention accordée à la respiration.

La méditation n’est pas une invention du XXe siècle. Elle est une discipline pratiquée dans les grandes religions du monde. La méditation fait pour ainsi dire partie du patrimoine de l’humanité. Essentiellement, la méditation veut déblayer le mental de toutes les pensées superficielles qui l’encombrent afin que la phrase, ou l’image ou le son sacré soit la seule préoccupation et conduise à la Réalité divine, quel que soit le nom qu’on lui donne.

Dans notre monde moderne, on remarque une distanciation de toute référence religieuse. Voilà pourquoi la méditation est devenue une pratique laïque. La méditation s’apparente davantage à une pratique de relaxation avec des bienfaits au niveau de la santé ou psychologiques avec la réduction du stress ou de l’anxiété ou de l’attitude dépressive. Il s’agit donc de relâcher les tensions, à s’enraciner dans le moment présent, libre de toute anticipation. Dans cette optique, la méditation diminue le besoin compulsif à la source de toute forme d’addictions, de dépendances.

Dans notre monde moderne, la personne est soumise à toutes sortes de pressions, au plan relationnel ou liées au monde du travail. Pressions encore de la société de consommation qui suscite toutes sortes de désirs souvent non comblés. Il est tout à fait compréhensible que les personnes ressentent le besoin d’accorder dans leur vie une place à la méditation, à l’intériorité pour un meilleur équilibre intérieur. La situation de pandémie est une chance pour une vie qui offre plus de profondeur, une vie en recherche de l’essentiel.

Mais qu’en est-il de la méditation chrétienne ? Il nous faut reconnaitre certaines ressemblances avec d’autres traditions : la place du silence, la distance avec les pensées, l’attention au moment présent, l’usage d’un seul mot. Certaines personnes qui regardent de l’extérieur la méditation chrétienne ont du mal à y reconnaitre une manière de prier. D’autres personnes y voient une méthode d’allure ésotérique, ou encore un emprunt à une tradition autre que chrétienne.

C’est méconnaitre la grande tradition contemplative au sein du christianisme, En effet, le moine Jean Cassien au IVe siècle, ou encore l’auteur du Nuage de l’Inconnaissance au XIVe siècle, sont des témoins privilégiés de cette manière de prier avec un seul mot, repris avec foi et amour, pour habiter, dans le silence, son cœur profond.

Notre méditation est chrétienne parce que la personne du Christ s’y trouve au centre. C’est en lui notre ancrage. Notre mot de prière MARANATHA, qui signifie, Viens, Seigneur, fait partie des plus anciennes prières que l’on retrouve dans le Nouveau Testament. Selon notre foi chrétienne, nous croyons que le Christ-Jésus habite notre cœur. Dans le silence, nous nous unissons à sa prière, toute tournée vers le Père, dans ce lien d’amour qu’est l’Esprit. La méditation chrétienne entraine donc plus en profondeur que la simple distanciation du mental. Elle est une voie de transformation de tout l’être en Dieu lui qui agit au plus profond de soi. Ce qui faisait dire à Saint Augustin : Dieu, tu m’es plus intime que le je suis à moi-même.

Terminons avec ces mots du bénédictin John Main : 

” De plus en plus de gens, dans notre société qui vit dans l’agitation et la superficialité, s’aperçoivent qu’ils ont besoin de découvrir comment vivre à un niveau plus profond et plus riche. Nous commençons à comprendre combien il est urgent de ne pas se laisser aller à la banalisation de soi-même. Nous devons insister sur la nécessité d’entrer en contact avec les profondeurs de notre être. “

                                                                                                   John Main, Méditer chaque jour et trouver la paix intérieure, 7 juin.

Michel Boyer, ofm (franciscain), accompagnateur spirituel de MCQRFC

Un regard sur la méditation chrétienne

Qu’est-ce que la prière ?

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.