Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Carême 2022 – Lundi de la 2e semaine de Carême – 14 mars 2022

Réflexions quotidiennes du Carême 2022:

Lundi de la 2e semaine de Carême (2022-03-14)

S'il y a une chose à quoi ce Carême particulier devrait servir, c'est à vérifier l'état de notre cœur. Nous avons suffisamment de tests de stress disponibles dans la vie quotidienne et dans notre réponse à la crise mondiale.

Dans toutes les traditions mystiques, le cœur est considéré comme le portail entre ce monde et le suivant afin qu'ils puissent fusionner et ne faire qu'un. Mais pour que cela se produise, la porte du cœur doit être ouverte et bien ouverte. Les conséquences d'un cœur fermé aux autres font des ravages à l'intérieur et finalement à l'extérieur. Hier, je lisais une évaluation géopolitique de la crise ukrainienne et j'ai compris comment l'intellectualisation excessive d'une situation de souffrance humaine frappe la porte du cœur et la verrouille. L'abstraction nous rend sans cœur et le manque de cœur aggrave toute situation. Il ne fait aucun doute que les diplomates et les stratèges de certains pays ignorent les bombardements de jardins d'enfants et d'hôpitaux pour se concentrer uniquement sur les objectifs stratégiques à long terme de la Chine, des États-Unis et de l'Union Européenne. La mort de davantage d’enfants et de réfugiés en est la conséquence directe.

Voir que des pays qui avaient auparavant fermé leur cœur et leurs frontières aux réfugiés syriens, comme la Pologne et la Hongrie, ouvrent leurs bras aux Ukrainiens fuyant la mort et la destruction a fait chaud au cœur de beaucoup. On peut espérer que c'est un signe de conversion permanente. Néanmoins, la capacité à développer et à protéger un cœur de pierre est puissamment ancrée dans la psyché humaine. Notre esprit appelle la libération de cet emprisonnement. Le souhaiter, c'est se tourner vers Dieu :

"Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j'ôterai de vous votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair." (Ez 36,26)

Il y a dans un cœur de pierre des moments de faiblesse, quand notre garde baisse et que nous entrevoyons ce que nous faisons à nous-même et aux autres en maintenant une position obstinée. Mais ces moments sont rares et les réserves de l'ego se déversent rapidement pour combler la brèche. Reconnaître en nous-même la résistance à changer de point de vue permet de voir plus facilement ce qui se passe dans l'esprit des stratèges géopolitiques dont le cœur s'est fermé et qui ont laissé leur esprit à la merci de leur ego. Le caractère impitoyable du tyran et sa résistance à l'argumentation sont un horrible amplificateur de notre propre réticence à céder dans les conflits domestiques ou locaux.

Il y a quatre cents ans, le philosophe Francis Bacon disait : "Une fois que l'intellect humain a adopté une opinion (que ce soit quelque chose qu'il aime ou quelque chose de généralement accepté), il amène tout le reste à la confirmer et la soutenir".

Nous ne pouvons pas changer l'esprit d'une personne sans toucher son cœur.

Vous ne pouvez pas aller à une fête en disant : "Je vais tomber amoureux de quelqu'un". Tomber amoureux est une autre façon d'ouvrir son cœur et cela nous surprend toujours. Nous sommes troublés mais heureux d'être surpris de la sorte. Mais comment surprendre le tyran dont le cœur s'est transformé en pierre ?

Laurence Freeman OSB

Partager