Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Carême 2023 – Samedi saint – 8 avril 2023

Loading

Réflexions quotidiennes du Carême 2023 :

Samedi saint (8 avril 2023)

         

Alors Jésus leur dit : "N'ayez pas peur "
Mt 20,1-10

Saint Benoît pensait que "la vie devrait être un carême permanent". Alors que nous arrivons à la fin du carême, nous pouvons penser que nous en avons assez entendu parler ou que nous commençons tout juste à comprendre de quoi il s'agit. Quoi qu'il en soit, c'est l'une des trames et des chaînes qui doivent être tissées dans le tissu spirituel de la vie pour nous rappeler des valeurs essentielles telles que la discipline, la modération et la vigilance. En tant que période de transition fixe et pont entre les saisons, c'est une partie du tout qui nous rappelle que la vie est toujours changeante.

Hier, à Bonnevaux, nous avons vénéré la Croix. Nous étions en plein air, sous un soleil radieux, un groupe multinational et intergénérationnel rejoint juste avant le début par trois pèlerins colombiens. Nous étions divers, comme l'étaient les foules qui déferlaient sur Jérusalem pour le festival au cours duquel une certaine et insignifiante crucifixion eut lieu.

Il y a toujours un grand espace après le vendredi saint. Il s’ouvre encore plus largement aujourd'hui, alors que Jésus "descend aux enfers", plongeant dans les profondeurs les plus sombres et les plus refoulées et libérant les parties de nous encore retenues par les chaînes de la peur et de la violence. Son arrivée ébranle tout ce qui bloque ou déforme l'humain et l'empêche de s'épanouir dans sa ressemblance avec Dieu. Lorsqu'il refait surface, il apparaît à ceux qui peuvent le reconnaître. Sa première parole, répétée à maintes reprises, est de ne pas avoir peur. Lorsque, à l'avenir, nous nous réveillerons dans certains de ces lieux sombres, peut-être confrontés à notre mortalité ou déterrant une perte enfouie, nous sentirons qu'il y a déjà rendu visite, et grâce à cette prise de conscience, notre peur s'estompera.

Ici, nous gardons davantage le silence de notre retraite après la Vénération et jusqu'à la Vigile de demain. L'espace créé par le théâtre sacré est palpable. Oui, c'est un vide, mais ce n'est pas un néant. Dans la nature, de quoi le vide est-il rempli ? Les œufs ont peut-être été spécialement associés à Pâques parce qu'ils sont le symbole de la vie nouvelle, de la fertilité et de la régénération au printemps. Même leur forme était considérée comme un symbole de l'infini et, dans certains mythes de la création, le cosmos est né d'un œuf qui s'est brisé. De même qu'un poussin sort de sa coquille, Jésus sort du tombeau. La chasse aux œufs de Pâques est amusante et symbolise notre recherche de l'origine de la vie. Certains jeux informatiques cachent un "œuf de Pâques" dans leur code, attendant d'être découvert par quelqu'un qui est à sa recherche.

Qu'est-ce donc que le samedi saint ? Le jour d’après ? Une terre en friche ? Un champ de bataille après les combats ? Ou bien plus encore ? Un vide crépitant d'une énergie puissante, l'espoir naissant doucement du désastre de la Croix, l'instinct des disciples dispersés de se retrouver, le sentiment de quelque chose sur le point de s'ouvrir, quelque chose de perdu sur le point d'être trouvé... S'agit-il d'une seule chose ou d'un éveil à d'innombrables dimensions et plans de la réalité ? Celui qui est mort revient en tant que personne cosmique, le Purusha, le Christ cosmique, dissolvant la peur en purifiant les portes de la perception, afin que nous puissions voir toutes choses telles qu’elles sont, c'est-à-dire infinies.

Laurence Freeman, o.s.b.

Partager

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.