Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lectures hebdomadaires – 24 mars 2024

Loading

LECTURES HEBDOMADAIRES DU 24 mars 2024

 Même si vous êtes physiquement éloigné d’autres méditants, vous êtes unis à eux dans l’Esprit. Chaque matin et chaque soir, prenez le temps de méditer entre 20 et 30 minutes. Il est préférable, autant que possible, de méditer au même endroit et à la même heure, de telle sorte que vos temps de méditation s’intègrent naturellement à votre journée. Soyez généreux avec votre temps, soyez fidèle au mantra, et vous entrerez dans le réseau de silence qui nous unit tous dans l’Esprit.

 

Un état qui transcende l’ego

Laurence Freeman o.s.b., extrait de « Letter Eleven », Web of Silence (Londres : Darton, Longman, Todd, 1996), pp. 116-118.


« Je ne vis plus, mais le Christ vit en moi. » Saint Paul, en décrivant ainsi son état transpersonnel, de dépassement de l’ego, est-il un bouddhiste ou un panthéiste ? Qui était le Je qui ne vivait plus ? Qui est le moi où ne vit plus que le Christ, image parfaite du Dieu invisible ? Questions importantes, questions sans fin. Cependant, on ne se les pose qu’après l’événement, car tant que dure l’état d’union, toute question, toute pensée, est consumée par la pure présence de « Celui qui est vraiment »… Puis nous retournons à la réalité ordinaire pour retrouver aussitôt notre dernière pensée : soif, découvert bancaire, problèmes des enfants, etc. Très vite, nous sommes à nouveau plongés dans le monde de pensées habituel. Dieu devient un but que nous essayons d’atteindre ou de comprendre, ou un souvenir dont nous avons la nostalgie, plutôt que le JE SUIS de l’amour qui inonde le tréfonds de l’être.


Les premiers moines chrétiens connaissaient bien les états passagers de la vie spirituelle. Jean Cassien parle du « sommeil mortel » de la prière correspondant à un assoupissement de l’activité mentale et des sensations. C’est une forme du « sommeil de Gethsémani » qui envahit les apôtres. Le même auteur mentionne également la « paix pernicieuse », une expression frappante désignant le calme mental et émotionnel auquel on est tenté de s’accrocher dès que l’on prend conscience de sa présence. Aucun de ces états – extase, sommeil, consolation – ne représente le but de la prière, aussi séduisants qu’ils soient, aussi pénible que soit leur disparition. Un autre but est assigné à la prière ; c’est, selon l’expression de Julienne de Norwich, un état de totale simplicité qui exige de nous rien de moins que tout.


C’est la pauvreté d’esprit, la pureté de coeur ; l’état des Béatitudes ; la vie en Christ… C’est l’état dans lequel le mental se fond dans le coeur, non pas pour quelques instants intemporels mais de façon permanente et inébranlable. Telle la flamme d’une bougie dans l’air immobile. Tel l’homme qui bâtit sa maison sur le roc du vrai Soi et non sur le sable de l’ego.

 

Méditez pendant trente minutes

Rappelez-vous : Asseyez-vous. Restez immobile et le dos droit. Fermez doucement les yeux. Soyez détendu mais vigilant. En silence, intérieurement, commencez à dire un mot unique. Nous recommandons le verset de prière « Maranatha » qui signifie « Viens, Seigneur » en araméen. Récitez-le en détachant chaque syllabe. Écoutez-le tout en le disant, doucement, mais sans discontinuer. Ne retenez et n’entretenez aucune pensée, aucune image, spirituelle ou autre. Laissez passer les pensées et les images qui surgissent. Ramenez simplement votre attention – avec humilité et simplicité – sur la répétition intérieure de votre mot dans la foi, du début à la fin de votre méditation.

 


Après la méditation

 

W.S. Merwin, “To Myself,” Present Company (Port Townsend, WA: Copper Canyon Press, 2005) p. 132 (traduction DL).

 

À moi-même

 

Même quand je t’oublie

je continue de te chercher

je crois que je te connaissais

sans cesse je me souviens de toi

parfois il y a longtemps

et puis à d’autres moments

je suis sûr que tu étais ici il y a un instant

et l’air est toujours plein de vie

à l’endroit où tu étais

et je me dis alors que je peux te reconnaître

toi qui es toujours le même

qui feins d’être le temps

mais tu n’es pas le temps

et qui parles dans les mots

mais tu n’es pas ce qu’ils disent

toi qui n’es pas perdu

quand je ne te trouve pas.

 


Retrouvez toute l’actualité de la communauté sur notre site http://www.wccm.fr

et sur notre page https://www.facebook.com/meditationchretiennedefrance/

Retrouvez les lectures hebdomadaires de la communauté classées par auteur sur notre site web www.wccm.fr dans la rubrique ressources.

Site de nos amis québécois : www.meditationchretienne.ca. Il est riche en ressources complémentaires en français.

Site international (en anglais) : www.wccm.org, avec de nombreuses informations sur la méditation et les activités de la communauté dans le monde. Pour la pratique de la lectio divina, vous pouvez consulter les lectures quotidiennes de la liturgie sur le site www.levangileauquotidien.org

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

POUR VOIR ce texte en PDF, cliquer ici

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

POUR VOIR tous les textes

LECTURES HEBDOMADAIRES depuis 2008

cliquer ici

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.