Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Le mot de prière

Une charmante dame irlandaise est arrivée dans un de nos groupes il y a quelques mois, et j’expliquai brièvement ce qu’il fallait faire. Je leur dis que le mot de prière que je recommandais était maranatha. Je le recommande parce que c’est un mot araméen, la langue que parlait Jésus lui-même, et parce qu’il est sans doute la plus ancienne prière de l’Église : saint Paul le cite en conclusion de sa première lettre aux Corinthiens, saint Jean conclut l’Apocalypse avec lui et on le trouve dans la Didachè. Tout au long du Nuage de l’inconnaissance, l’auteur nous exhorte à choisir un mot qui ait du sens, mais une fois choisi, à nous détourner du sens et des associations d’idées qu’il suggère pour l’écouter comme un son. De ce point de vue, Maranatha est un mot de prière parfait. Toujours est-il que cette bonne dame écouta tout cela, puis nous allâmes méditer. En sortant, elle me fit la réflexion suivante : « Vous savez, mon père, il s’est produit une chose terrible une fois entrée dans la salle de méditation : j’ai oublié le mot de prière ! » Et elle ajouta : « J’étais assise là et je pensais : comment puis-je méditer si je n’ai pas le mot de prière ? Mais Dieu est bon, mon père, au bout de quelques minutes, il m’est revenu : Macooshla, Macooshla ! » La Méditation chrétienne, conférences de Gethsémani

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.