Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Entrer dans le silence

Pour apprendre à méditer, il faut apprendre à garder le silence et à ne pas en avoir peur. Beaucoup de gens aujourd’hui ont de grandes difficultés à commencer à méditer parce qu’ils ont si peu l’habitude du silence. Même dans nos groupes de méditation, nous passons généralement de la musique pendant que les gens arrivent plutôt que de les laisser s’installer en silence, car beaucoup seraient mal à l’aise s’ils entraient dans une pièce pleine d’inconnus silencieux. Lors d’un récent voyage en Californie, j’ai été témoin d’une conversation entre deux hommes assis près de moi, à peu près en ces termes : « Vous allez quelque part ? » dit l’un. « Non », répondit l’autre de façon plutôt surprenante. Il s’ensuivit un silence gêné, après quoi le premier reprit, avec quelque espoir : « J’en viens. Maintenant, je rentre chez moi. » Nombre d’entre nous passent un temps considérable en conversations ineptes de ce genre tellement ils ont peur du silence et sont gênés quand un silence s’installe au cours d’une rencontre. Nous avons également peur du silence lorsque nous sommes seuls, de sorte que nous vivons souvent avec un fond sonore permanent d’émissions de radio ou de musique. Méditer nous fait franchir le seuil du bruit de fond pour entrer dans le silence. C’est vital pour nous, car le silence est nécessaire pour que l’esprit humain s’épanouisse et soit créatif. Le silence suscite une réponse créative à la vie, à notre environnement et à nos amis, parce qu’il donne à notre esprit de l’espace où respirer, de l’espace où être. Dans le silence, nous n’avons pas à nous justifier, à nous excuser ou à impressionner quiconque, mais simplement à être. Word Made Flesh

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.