Reposer dans la Présence du Maintenant

Extrait du no 1er article du premier numéro de notre magazine

Méditer discrètement dans le secret du coeur, ici et maintenant demeure la louange la plus grande, la plus humble, la plus simple et la plus sincère. Néanmoins, comment pourrions-nous prétendre scruter les mystères divins, voire même discerner les chemins qui conduisent au ciel, alors que nous sommes incapables de maîtriser « notre esprit aux mille pensées » Luc 14, 25-33

La traction vers hier et demain est constante et c’est ce qui crée le stress post-moderne. Nous sommes toujours ailleurs et rarement ici. Le mental crée l’agitation inquiète et l’agitation constante fait qu’il n’y a pas de coïncidence avec le maintenant actuel. En cette époque nano technologique, tout comme Marthe au temps de Jésus,  les hommes et les femmes ont toujours une tendance quasi obsessionnelle à se laisser complètement absorber dans le bruit des activités extérieures – « à  s’agiter pour bien peu de choses.». Tout, dans la société occidentale, de la télévision à la publicité en passant par l’internet pointe vers des aspirations extérieures. Notre éducation est telle que nous évacuons systématiquement le Présent en compulsant dans les regrets d’hier et les appréhensions de demain motivés par les succès extérieurs dans le travail, les affaires et les loisirs.

La conséquence émerge en une fracture spirituelle dans nos vies. Nous n’avons aucune idée de ce qui se passe dans le silence de notre cœur où nous pouvons cheminer dans le pèlerinage qu’est notre vie. Une propension à devenir des géants intellectuels et matériels, mais des Pygmées spirituels dans l’hier et le demain. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles, malgré un océan de biens matériels, il y a tellement de turbulences, de bruits mentaux et d’insatisfaction dans le monde actuel. Car, comment voulons nous avancer en étant attachés, à notre monde apprêté par nos croyances, nos biens ou nos conditionnements ? Ainsi, un proverbe soufi souligne combien justement cette image grave et forte: « attachez deux oiseaux ensemble, ils ont deux fois plus d’ailes et pourtant ils sont incapable de voler ! »

L’un des bienfaits de notre méditation, je pense, est de délier ici et maintenant cette multiplicité d’ailes, de soigner cette fracture et pacifier notre coeur. Ainsi, en nous focalisant dans le silence du moment présent en tentant d’évacuer cette fuite de nous même dans le monde afin que, tout en poursuivant notre vie quotidienne et en continuant à assumer nos obligations. Nous commençons  à plonger à l’intérieur de nous-mêmes, puis de reposer dans la Présence du Maintenant comme Marie à l’écoute de l’Unique nécessaire disait Jésus. Et si,  paraphrasant Maître Eckhart nous faisions moins, et étions plus ?  Voilà l’idée, celle de permettre de rentrer dans l’habitation silencieuse de la Présence – et dès lors contempler «les mystères de clameur qui s’accomplissent  dans le silence de Dieu !» pour finalement se laisser envahir par l’assiduité discrète de Dieu dans notre coeur. Silentium tibi laus (1)

C’est pourquoi, la pratique biquotidienne de notre méditation nous dirige vers le centre de notre âme dans la quiétude et le repos du moment présent. Heureusement, car « Dieu est quand vous n’êtes pas » (Maître Eckhart) (2). Nous pouvons nous développer et évoluer en tant qu’êtres humains alternant entre le faire et l’être , l’action et la contemplation, en nous reposant  dans la Présence du Maintenant évitant ainsi une extraversion excessive et une introversion extrême.

(1)La louange, pour Toi, c’est le silence », d’après le texte hébreu du Psaume 65, 2.

(2) (Maître Eckhart)

Michel Boyer
A propos Michel Boyer 5 Articles
Michel Boyer est Franciscain et guide spirituel de la communauté francophone de méditation chrétienne au Canada. Il fut coordonnateur de l'organisme pendant de nombreuses années.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire