Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fin du Carême 2024 – Dimanche de Pâques – 31 mars 2024

Loading

Réflexions quotidiennes - fin du Carême 2024 :

Dimanche de Pâques (31 mars 2024)

 

Joyeuses Pâques ! On peut enfin redire Alléluia ! Un mot qui dit tout.

Saint Jean regarda dans le tombeau vide et laissa Pierre, son compagnon qu'il avait dépassé en courant plus vite, entrer le premier. Pierre est la partie bonne mais moins subtile de nous. Jean, l’amant en nous, entra ensuite, « il vit et il crut ».

En écrivant ces réflexions pendant le Carême, j’ai eu un compagnon invisible, qui fait sans doute partie de moi-même, qui n’est pas seulement un non-croyant mais qui ne se contente pas non plus de « croire ». Il s’agit d’une partie importante de nous-même avec laquelle nous pouvons nous lier d’amitié et apprendre, car sa curiosité interrogative donne un espace à la foi pour grandir et nous apprendre des choses dont nous n’avions jamais rêvé auparavant. Nous devenons inauthentiques avec enthousiasme si nous sautons simplement de haut en bas en disant que nous « croyons ». Quoi qu’il en soit, le mot que nous traduisons par « croire » a beaucoup plus de contenu et de portée de sens : avoir foi en, être persuadé, faire confiance. Le mot anglais « croire » vient du mot « aimer ».

Quelque chose éclate aujourd’hui dans le parcours de l’humanité vers la conscience, imaginé longtemps et tant espéré. Il ne s’agit pas de trouver une solution à un problème de mathématiques ni même de terminer un travail sur lequel nous œuvrons depuis longtemps. Cela ressemble davantage à l’éclatement d’une graine ou à l’éclosion d’une fleur. Nous pouvons mieux reconnaître cet éclatement si nous le laissons à chaque instant nous persuader qu'il nous comprend.

"Il vient à nous caché et le salut consiste à le reconnaître", dit Simone Weil.

C’est comme voir ce qui rend une blague drôle ou pourquoi un jeu de mots peut à la fois nous plaire et nous irriter. Nous n’avons pas besoin d’essayer trop fort, il suffit d’attendre que cela nous vienne. Aujourd’hui, ce n’est que le début et si le début est si bon, imaginez à quoi ressemblera le reste.

J'espère que ces réflexions de Carême vous ont été utiles au cours de notre long parcours. Je voudrais remercier la formidable équipe, dirigée par Leonardo, qui les a diffusées et tout particulièrement les traducteurs qui ont patiemment (je pense) supporté certaines livraisons de dernière minute et pour leur très généreux don de temps et leur merveilleux talent.

Un mot dit tout.

Joyeuses Pâques !

Laurence Freeman, o.s.b.

Partager

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.