Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Carême 2024 – Deuxième dimanche de Carême – 25 février 2024

Loading

Réflexions quotidiennes du Carême 2024 :

Dimanche de la deuxième semaine de Carême (25 février 2024)

 

Il y a les événements qui ne se déroulent pas comme nous l’espérions, nous apportant déception et toute une gamme de sentiments allant de la colère au désespoir. Mais c’est une tout autre chose lorsque le résultat de ce qui nous préoccupe profondément et auquel nous nous attachons peut-être anxieusement n’est pas concluant. Même si vous examinez souvent vos options et les mesures à prendre, vous vous sentez bloqué. En fin de compte, il n’y a rien à faire dans l’immédiat. Il n’y a plus qu’à attendre et voir.

Dans les conversations sur ce genre de situation, les gens commencent à imaginer toutes sortes de résultats et finissent par admettre qu’aucun ne fonctionnera – de toute façon. On entend alors répéter : « il n’y a qu’à attendre et voir ». On peut essayer de contourner le problème, mais on ne peut pas contester la véritable incertitude radicale. C'est comme un destin. Il n’y a pas d’autre choix que de l’accepter tant qu’il est tel qu’il est. Il y a peu de choses plus humiliantes que de devoir seulement attendre et voir, humiliantes et étrangement libératrices.

Autre chose encore est lorsque des gens qui n’aiment pas prendre des décisions les reportent indéfiniment et entraînent en conséquence une inactivité malheureuse. L’indécision rend tout le monde frustré de perdre du temps. Mais essayer de prendre une décision définitive et découvrir ensuite que c’est impossible – de toute façon – nous conduit à une autre façon d’être.

Un jour, après m’être enregistré dans un aéroport, la personne à qui j'ai remis mon billet eut soudain l'air très incertaine et perturbée. Puis elle comprit pourquoi l’ordinateur ne répondait pas et me dit : « mais monsieur, c’est pour le vol de demain ». Tout d’un coup, tout commença à se dérouler pour moi d’une manière merveilleuse. Je me sentis très stupide, puis libre. Que faire ? Rentrer chez moi et revenir le lendemain, ou… ? J'ai accepté son offre de changer le vol pour aujourd'hui et suis arrivé à destination délicieusement incertain de ce que j’allais faire. J'avais toute une journée libre, personne à rencontrer, aucune conférence à donner, nulle part où rester.

Ainsi, même lorsque l’on est en proie à l’incertitude – une force cosmique aussi puissante qu’une autre – quelque chose se produit toujours. Lorsque l’on a consciemment accepté l’incertitude et cessé d’essayer de la résoudre, ce qui arrive – et quelque chose arrive toujours – présente une liberté merveilleuse et un caractère inévitable. On entrevoit ce qu’est la liberté d’esprit.

Jésus monta au sommet de la montagne sainte avec ses trois proches disciples et là, sous leurs yeux, il fut physiquement transfiguré. Les disciples ne savaient pas comment réagir et ressentirent de la peur face à la lumière blanche et pure. Mais alors une nuée les couvrit et le Père parla. En tant qu'êtres humains incertains et facilement effrayés, nous cheminons chaque jour entre la lumière et les nuages.

Laurence Freeman, o.s.b.

Partager

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.