Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Carême 2023 – Jeudi après les cendres – 23 février 2023

Loading

Réflexions quotidiennes du Carême 2023 : 

Jeudi après les Cendres (23 février 2023)

Lorsque l'esprit vagabonde, nous devenons distraits. Vous souvenez-vous de moments de votre enfance où vous rêvassiez joyeusement en classe, avant d'être brusquement ramené au présent par le professeur qui vous posait une question sur ce qu'il venait de dire ? Nous nous sommes peut-être sentis ridicules et nos amis se sont même moqués de nous. "Tu es encore dans ton monde, Freeman ? Tu veux bien dire à tout le monde à quoi tu pensais ?" Horrible souvenir…

Plus tard, nous découvrons combien il est blessant et décevant, lorsque nous sommes présents aux autres et que nous leur ouvrons même la porte de notre cœur, de découvrir qu'ils étaient en fait à des kilomètres de là, présents seulement en apparence. Dans l'évangile de ce jour, Jésus prend ses amis à part, spécialement pour partager avec eux ce qu'il sait de son destin funeste. Ils ne comprennent pas ce qu'il dit. Marc, qui me semble toujours plus proche de l'événement réel, nous dit qu'ils étaient trop effrayés pour l’interroger. Risquer la confiance aimante et être froidement accueilli par un silence effrayant, c'est un rejet là où ça fait le plus mal : c’est tomber dans la solitude de l'absence avec ceux avec qui on voulait être présent.

La présence signifie simplement être. L'être contient des graines infinies de devenir, un potentiel illimité. En soi, cependant, l'être est simplement, ce qui signifie que nous n'avons rien à faire pendant que nous sommes en train d'être. Cela se fait tout seul (la méditation n'est pas une perte de temps). Être présent signifie être au même endroit, à portée de main, être contemporain. Ainsi, nous co-expérimentons ce que subissent ceux avec qui nous sommes présents et devenons capables d'une compassion fluide. Nous ne devrions pas avoir besoin de suivre un cours sur la façon d'être compatissant ou de savoir écouter. Une pratique contemplative quotidienne fait germer la graine de l'attention compatissante au sein éternel de l'être qui attend d'être éveillé en nous. Le maître intérieur nous appelle à sortir de notre rêverie. Ensuite, l'union de la pratique intérieure et des événements de la vie fait naître une capacité de présence éclatante, ce que les mystiques appellent la naissance de Dieu.

Nous devenons comme Dieu : comment ne pas ressentir de la compassion ? Un célèbre chirurgien du cœur m'a dit un jour qu'il avait essayé de méditer mais qu'il avait arrêté parce que cela le rendait trop compatissant envers ses patients. Il avait compris quelque chose de la méditation. Il n'avait pas encore compris que le fait d'être présent aux autres nous dilate au-delà de tous les moments qui passent et qui ne sont que des gestes de présence. La réalité se dilate comme l'œil s'ouvre à la lumière. Cette dilatation de l'être nous donne la force de supporter et de servir d'une manière que nous n'aurions jamais pu imaginer lorsque nous étions enfermés dans notre monde distrait et égocentrique.

La pleine présence - en ferons-nous notre objectif contemplatif pour le Carême ? - n'est pas seulement pour ici et maintenant, mais pour partout et à tout moment. Devenir conscient de toutes les dimensions de la réalité, et pas seulement de celles du temps et de l'espace où nous commençons, est une métanoïa.

Revenir au présent, c'est se retrouver simultanément et naturellement des deux côtés de la porte ouverte. Cela signifie que nous ne devons pas perdre le don d'être, quelle que soit la tâche à laquelle notre destin nous appelle. La méditation est l'ouverture de la porte.

Laurence Freeman, OSB

Partager

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.