Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Carême 2022 – Vendredi de la 5e semaine de Carême – 8 avril 2022

Réflexions quotidiennes du Carême 2022:

Vendredi de la 5e semaine de Carême (2022-04-08)

Lorsque nous sentons que nous courons un danger réel et immédiat, la vie est soudain simplifiée. Un homme que je connais a un jour été plongé dans cette situation : un dentiste avait repéré une excroissance suspecte dans sa bouche et il a dû attendre une semaine pour obtenir les résultats des tests. Il s'est retrouvé alors dans une tempête d'incertitude, de peur et d'anxiété. Mais il a aussi découvert une hyperclarté sans précédent car les priorités de sa vie étaient devenues évidentes sans qu'il ait à réfléchir ou à choisir entre elles. En conséquence, son amour de la vie a fait un bond et l'a amené à comprendre que c'était son état naturel, qu'il avait perdu de vue avant son contrôle dentaire de routine. Ses sens physiques se sont également aiguisés et les plaisirs de la vie, qui s'étaient émoussés ces dernières années, ont repris vie.

Heureusement, les résultats étaient négatifs en ce qui concerne le cancer, mais malheureusement, il est retombé dans son état habituel de demi-vie. C’est une des petites leçons de la vie. Rien n'a plus à nous apprendre que les indices de notre propre mortalité.

Peut-être que les Ukrainiens, qui se battent avec passion pour sauver la vie de leur pays, ressentent aussi cet élan de clarté. Les décisions de la vie quotidienne et les querelles des relations ordinaires sont subsumées dans un engagement d'amour et de solidarité plus fort que la peur de la mort. N'est-ce pas cette clarté que nous voyons en Jésus, notamment dans l'évangile de Jean, alors qu'il vit ses dernières heures ? La passion, la passion de l'amour ou la passion du Christ sont des passages, des transitions à traverser. Mais lorsque nous en émergeons, nous avons été changés. Si nous sommes allés jusqu'à la mort et si nous avons subi cet éclat du grand détachement, le changement en nous est bien une résurrection, une transformation complète de la conscience. Et cette clarté ne s’efface plus jamais.

Kierkegaard pensait que l'anxiété, qu'il appelait angoisse, est un symptôme de la liberté humaine. Lorsqu'elle apparaît pour la première fois, nous pouvons même ressentir une sorte de culpabilité : je ne devrais pas ressentir cela. Pourquoi ne suis-je pas heureux comme je devrais l'être, comme mes amis de Facebook ? Les existentialistes considèrent l'anxiété à la fois comme une attirance et comme une répulsion pour les inconnus de notre futur moi. Le désespoir, lorsque nous y sommes confrontés, signifie que nous refusons ou ne pouvons pas être nous-mêmes.

Nous pouvons aussi décider de vivre quand même et de nous engager dans l'incertitude. Une fois que nous acceptons le don de notre être - et John Main pensait que la méditation nous permet de faire - nous changeons. Nous grandissons. Nous nous développons. Nous nous sentons unis à l'être - ce qui est un état bien plus profond et riche que l'angoisse existentielle - et nous sommes alors inondés de la seule certitude réelle que nous pouvons toucher : l'espérance.

Laurence Freeman OSB

 

Partager