Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Carême 2022 – Vendredi de la 4e semaine de Carême – 1er avril 2022

Réflexions quotidiennes du Carême 2022:

Vendredi de la 4e semaine de Carême (2022-04-01)

L'éclat de la vérité dépourvue du je est la plus grande austérité

Les nouvelles des pourparlers de paix en Turquie entre Russes et Ukrainiens sont en tête des nouvelles. Une lueur d'espoir bienvenue. Toute lueur d'espoir aide à prévenir le cynisme et le durcissement du cœur. Pourtant, c'est un soulagement d'entendre que les Ukrainiens ne s'accrochent pas à des faux-fuyants. Nous jugerons Poutine, disent-ils, qui a dit qu'il n'avait aucune intention d'envahir l'Ukraine jusqu'au jour où il l'a fait, sur les actions de ses forces d'invasion et non sur ses paroles.

Lorsque l'esprit succombe à ses forces de l'ombre - le désespoir, la rage, la jalousie, l'orgueil, la luxure, pour n'en citer que quelques-unes - on ne peut plus lui faire confiance pour porter de bons jugements. Inévitablement, les décisions que nous prenons dans de tels états d'esprit ne font qu'empirer les choses. Les choses sont encore pires lorsque nous ne pouvons pas identifier et nommer les forces obscures qui nous occupent. Comment négocier avec quelqu'un qui n'a aucune conscience critique de lui-même ? Il n’y a plus de confiance et sans confiance, les relations humaines se dissolvent.

Dans notre lente émergence de l'ère du Covid, nous nous réveillons aux changements qu'elle a apportés. En sortant lentement de cette ère, nous nous rendons compte des changements qu'elle a entraînés, non seulement dans les modèles de travail et les modes de communication, mais aussi dans la santé mentale en général, notamment chez les enfants. Nous avons médicalisé la santé mentale, comme nous l'avons fait pour la plupart des aspects de la santé, la réduisant souvent à un problème que les médicaments peuvent résoudre. Une étudiante m'a raconté un jour qu'elle était allée voir son médecin pour lui expliquer à quel point elle se sentait déprimée par la mort de sa grand-mère, dont elle était très proche, et par l'infidélité de son petit ami, en qui elle avait placé sa confiance. Avant même qu'elle ait fini de parler, il lui prescrivit une ordonnance en lui disant de revenir dans un mois.

En tant qu'êtres humains, nous sommes des entités composées, régies par des lois physiques, mentales et spirituelles. Si nous négligeons l'une de ces dimensions imbriquées, l'équation devient déséquilibrée dans toutes les dimensions.

Il y a quelques années, le Vatican, dans une phase particulièrement malsaine, exprima sa désapprobation quant à la présence de femmes directrices spirituelles dans les séminaires pour prêtres. Une sœur que je connaissais, qui était une directrice spirituelle très aimée et respectée dans un grand séminaire, m'a raconté qu'on leur avait dit de se préparer à une inspection de Rome. Lorsque l'évêque-examinateur arriva, le personnel du séminaire se rassembla pour l'accueillir. Il entra de manière affable et fit le tour en serrant la main de tout le monde, sauf des femmes.

Comment négocier avec les fanatiques, les malhonnêtes, les indignes de confiance, les malades mentaux ? En ne prétendant pas que les choses sont normales quand elles ne le sont pas. En parlant franchement, comme le font les Ukrainiens dans leurs négociations aujourd'hui. Comme Jésus l'a fait pendant son procès.

Si l’on comprend bien la phrase de Ramana mise en exergue ci-dessus, la vérité brille lorsque les forces de l'ombre de l'ego sont mises de côté. Alors, dans un espace simple, transparent, sans coins sombres où les ombres pourraient se cacher, une grande austérité corrective se révèle.

Laurence Freeman OSB

 

Partager