Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

Carême 2022 – Vendredi après les cendres – 4 mars 2022

Réflexions quotidiennes du Carême 2022:

Vendredi après les Cendres (2022-03-04)

Pour obtenir une mesure plus ou moins précise de la pression artérielle, il faut faire la moyenne de plusieurs mesures prises à intervalles réguliers pendant quelques jours. Lors d'une visite médicale annuelle, j'ai récemment découvert qu'il y avait souvent des pics et des chutes brutales, même lors de trois mesures consécutives prises à quelques minutes d'intervalle. J'ai également été intéressé d'apprendre qu'il est normal que la pression artérielle soit plus élevée le matin. J'aurais pensé qu'après une bonne nuit de sommeil, elle serait plus basse, mais le rythme circadien du corps se déclenche dans la dernière partie du sommeil - je suppose que c’est pour vous pousser à sortir du lit dès que vous vous réveillez.

Tout cela montre que mesurer les choses n'est pas aussi facile qu'il y paraît et que l'univers du corps humain recèle des mystères qui dépassent largement notre compréhension, tout comme le cosmos, avec ses vastes zones d'énergie sombre et sa mystérieuse expansion qui se déroule dans le même espace visible. Nous l'appelons sombre parce que nous ne pouvons pas voir ou analyser cela. De la même façon, nous parlons de la "nuit noire de l'âme" parce que, comme le soulignent les grands mystiques, nous sommes aveuglés par la lumière de l'esprit. Évagre disait que le signe d'un certain progrès dans la méditation est que nous arrivons "à voir la lumière de notre propre esprit". Peut-être que, dans les modèles variables de notre univers intérieur et extérieur, nous la voyons et l'interprétons comme une obscurité. Nous ne pouvons pas regarder directement le soleil. Pourtant, comme le dit le psaume, "dans la lumière de Dieu, nous voyons la lumière". Pour voir les choses telles qu'elles sont, nous devons avoir abandonné au divin notre propre pouvoir de vision et de compréhension.

De même, lorsque nous composons une photo, avant d'appuyer sur l'obturateur nous faisons des zooms avant et arrière afin d'obtenir la meilleure prise dans ce qui semble être la meilleure gamme médiane. Le moment de la décision - "c'est la meilleure" - est intuitif plutôt que basé sur des mesures techniques. Je pense qu'il m'arrive de prendre une bonne photo, mais quand je pense cela, c'est une surprise et, bien sûr, les autres peuvent ne pas le voir comme moi.

La "médiane" est préférable à la "moyenne". La moyenne est le total divisé par le nombre d'entrées. La médiane est la valeur intermédiaire, pour laquelle la moitié des chiffres est supérieure et l'autre moitié inférieure. Je crois que je comprends ce que cela signifie et j'ai l'impression que cela nous libère de la tyrannie de penser que la vérité peut être simplement saisie et mesurée. Elle doit être trouvée au milieu. Dites-moi si je me trompe.

En tout cas, l'intuition fonctionne mieux quand la main gauche ne sait pas ce que fait la droite. Jésus a dit cela à propos des "bonnes œuvres" que nous faisons pour éviter de tomber dans le piège de les faire pour le sentiment agréable qu'elles nous procurent. Se centrer sur l'autre, l'altruisme, la liberté du détachement sont nécessaires pour que la bonté se développe et soit à l'abri de la possessivité de l'ego.

Alors que le convoi russe de 60 kilomètres serpente vers Kiev pour assiéger la capitale dans un acte primitif d'inhumanité, ce ne sont pas des idées dont beaucoup de gens discuteront là-bas. Mais pour nous, qui sommes à une distance sûre, mais pas insensibles, il est peut-être important de réfléchir à la manière dont nous trouvons et maintenons la vérité au centre de la réalité. Pour ce qui est du Carême, se maintenir au centre libère la sagesse et l'intuition de ce qui est approprié : quand jeûner et quand festoyer, comme le dit Jésus dans l'évangile d'aujourd'hui :

"Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront." (Mt 9, 15).

Laurence Freeman OSB

Partager