Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

6 mai 2022

(Photo: Laurence Freeman, Suisse)

Sagesse du jour                 (2022-05-06)

Nous pouvons également penser à la séparation, non pas tant comme un acte violent, mais comme une identification de ce qui constitue l'essence, comme une mise en lumière de ce qui reste de purement bon et vrai. On peut donc décrire et comprendre l'ego comme le spécialiste de ce processus de séparation. C'est une séparation en vue d'une union plus élevée. Ce n'est pas une séparation pour elle-même, ce n'est pas une punition. C'est pour libérer la conscience même de l'ego. On peut dire que l'ego sert le programme du paradoxe, celui qui nous conduit vers une plénitude et une unité plus profondes. Je disais que l'ego se développe à un certain stade, un stade précoce de notre évolution ou de notre enfance. Peut-être que l'ego est une simple manifestation de notre activité cérébrale croissante et de l'activité électrique chimique et neurologique du cerveau, des neurones miroirs, et de notre tendance à avoir le sentiment d'être séparés, en nous regardant dans le miroir, en étant témoins de nous-mêmes.

Laurence Freeman OSB, The Brick Wall of the Ego

Partager