Méditation chrétienne du Québec et
des régions francophones du Canada (MCQRFC)

15 juillet 2021

(Photo : Laurence Freeman, Italie)

Sagesse du jour                                (2021-07-15)

(...) chaque fois qu'un besoin humain fondamental n'est pas satisfait, qu'il soit physique, psychologique, culturel, social ou affectif, nous éprouvons une blessure. C'est une blessure, une blessure par négation, une blessure par privation. Nous ne parlons même pas des blessures intentionnelles qui nous sont infligées, qui sont encore plus horribles et pénibles. Mais même si ce n'est pas intentionnel, dans les circonstances normales de la vie, lorsque des besoins humains ne sont pas satisfaits, nous ressentons une blessure. Et ces blessures nous accompagnent toute notre vie. Si vous n'avez pas reçu assez d'amour dans votre enfance, vous ne pourrez pas, 50 ans plus tard, rembobiner la cassette, revenir en arrière et combler ce que vous n'avez pas reçu il y a 20 ou 30 ans. Les blessures nous accompagnent donc toute notre vie. Dans l'imagerie chrétienne, cela est représenté de manière très imagée dans les apparitions de Jésus lors de sa résurrection. Après s'être relevé d'entre les morts et s'être montré à ses disciples, Jésus a toujours ses blessures. Les blessures ont été guéries, mais elles sont toujours visibles et font partie de notre identité éternelle.

Laurence Freeman OSB, Grace at Work

Partager