Fidélité, générosité et attention totale au mot de prière

méditer chaque jour et trouver la paix intérieure
Extrait du livre de John Main "Méditer chaque jour et trouver la paix intérieure", disponible sur notre boutique.

Le don de Son Esprit qui est donné à tous est infini. C’est le don de la plénitude de Dieu versant Son Esprit en chacun de nous et notre réponse doit refléter cette générosité et cette plénitude. C’est un appel aux chrétiens à ne pas répondre avec insouciance, d’un cœur partagé ou occasionnellement. Nous sommes appelés à répondre généreusement avec tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons à ce moment-là. Et nous avons beaucoup à apporter, nous avons nos cœurs, nos âmes, nos vies qui, tous, lorsque nous méditons, sont intégrés, concentrés et alignés sur le Christ. Tout ce que nous sommes entre en harmonie avec Son être, avec Son amour ; rien n’en est exclu. C’est pourquoi nous devons apprendre à réciter le mot de prière avec une fidélité totale, une générosité totale, une attention totale.

Le don est fait. Tout ce que nous avons à faire est de nous ouvrir à lui, de le réaliser. Mais nous devons aborder notre tâche et suivre notre chemin avec simplicité, humilité et douceur. Nous devons apprendre à être très doux avec nous-mêmes en apprenant à enraciner le mot de prière dans notre cœur. Cela demande un minimum d’efforts. Tout nous est donné et, fondamentalement, ce qui nous est demandé se résume à être fidèles au pèlerinage quotidien et lui accorder la première place dans notre vie. La fidélité nous amène à réaliser que le don est en train d’être donné. Alors, si chaque matin et chaque soir nous revenons fidèlement à notre méditation et à la récitation continuelle du mot de prière, le don nous rejoint, et la boucle est bouclée.

Le Chant du silence

A propos John Main 339 Articles
John Main, moine bénédictin, est le fondateur du mouvement international de la méditation chrétienne. Après avoir appris à méditer auprès d’un maître hindou, il a découvert que, dans l’antiquité, des moines chrétiens comme Jean Cassien pratiquaient la prière d’une manière analogue.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire